Retour page d'accueil

Retrouver un ventre acceptable ?

Après la naissance des mes aînés, je me suis retrouvée avec un ventre très abîmé (vergetures), très mou, impossible à perdre malgré les crèmes, les abdos (en bêton)... Mais, toute à ma maternité gémellaire, je ne m'inquiétais pas trop de ce fait. J'étais la plus heureuse et comblée des mamans, cela valait bien ce petit sacrifice... Mon médecin a cependant mentionné que j'avais subi une éventration et que lorsque je ne désirerais plus d'autres enfants, je pourrais envisager une opération prise en charge par la sécurité sociale... J'avais lu quelques articles très rebutants sur le sujet, je ne me sentais pas prête à souffrir "pour être belle"... Puis j'ai eu deux autres grossesses... le temps est passé, j'essayais de me renseigner pour savoir si vraiment aucun régime, aucune crème, aucun masseur ne pouvait faire quelque chose pour moi, en vain. J'ai alors demandé une adresse à mon médecin et j'ai pris mon premier rendez vous, en juillet 2004, avec ma chirurgienne plasticienne, pour me renseigner... Elle m'a bien fait comprendre que rien, à part une intervention chirurgicale, ne pourrait me rendre un ventre acceptable, il y avait ce très grand surplus de peau, et les muscles écartés au niveau de l'estomac... Alors j'ai repris un deuxième rendez vous en novembre 2004 pour fixer une date d'intervention... Comme j'étais encore en congé parental pour quelques mois, elle m'a proposé de le faire dès mars-avril 2005, cela me laissait également le temps de me remettre avant la rentrée de septembre... Et surtout cela m'évitait de subir une opération soit en juillet (avec la chaleur de l'été), soit en cours d'année scolaire (au détriment de mes élèves). Et nous fixons la date du 30 mars 2005, je vais à présent vous raconter comment cela s'est déroulé :

A la clinique

Organisation
Pendant ce temps "chez nous"

mardi 29mars 2005

Nous déjeunons avec les enfants, j'emmène les grands à l'école et la dernière chez sa mamie paternelle avec les sacs pour 2 jours. A la maison nous prenons 2 dernières photos de mon ventre. De face, de profil (âmes sensibles s'abstenir )

Nous devons nous présenter à la Clinique à 16h30. Je prends possession de ma chambre avec l'infirmière. Il s'agit d'une clinique neuve qui n'a pas un an de fonctionnement (rassemblement de plusieurs "vieilles" cliniques nantaises) le personnel est adorable ! Nous allons à la cafétéria mettre en route les forfaits téléphone et télévision (14 chaînes.. mais si on enlève Eurosport-2 versions, la BBC, Disney Chanel, MTV version allemande et bien il ne reste plus tant de chaînes que ça.. mais bon cela me permet de m'occuper entre 2 lignes et un peu de broderie...). Il n'y a pas de forfait internet proposé alors... je le suggère dans le questionnaire de satisfaction...

J'emporte de quoi m'occuper pour 8 jours : un lecteur de CD + CD, de la broderie, des livres, de quoi faire mon courrier, un bloc notes et des crayons, un carnet d'adresse, mon calendier journalier (pour ne pas perdre le nord et personnaliser ma chambre), une montre (je n'en porte jamais à la maison, il y a l'heure un peu partout...), un peu de monnaie si je veux acheter une revue, un petit chocolat chaud au distributeur... Les enfants sont "répartis" chez leurs 2 mamies respectives, les filles (alors 2 ans et demi et 4 ans et demi) chez Belle Maman, les garçons (alors 8 ans et demi) chez Maman.

mercredi 30 mars

5h30 : douche, badigeonnage de la zone à opérer, et direction le bloc à 7h... et nous voilà au moins 3 parents de jumeaux dans le bloc !! L'anestéhésiste, la chirurgienne et moi même !! J'ai la bonne surprise de me faire anesthésier par le mari d'une amie que je connais depuis 8 ans par le biais de notre association de parents de jumeaux, je n'avais jamais pu faire sa connaissance, voilà qui est fait !!
Je me réveille un peu endolorie, je reçois de la morphine (à ma demande), je somnole.. Le Prince passe l'après-midi près de moi, tout va bien. L'amie en question habitant tout près de là, vient me voir... En fin d'après-midi, on m'informe que je peux prendre du paracétamol au lieu de la morphine, et j'accepte pour ne plus sommnoler, la douleur n'est pas si insupportable...

Les enfants sont restés chez leurs mamies.

jeudi 31 mars

premiers levés avec aide, toilette au gant de toilette (et oui, il faut attendre lundi pour la première douche, j'ai un énorme pansement sur tout l'abdomen). Le Prince vient passer un petit moment dans l'après midi, puis mon amie revient me voir un long moment, visite bien agréable, contrairement à la maternité où l'on souhaite plutôt des visites très courtes.

Le Prince reprends nos 4 enfants le soir après l'école.

vendredi 1er avril

4h30 je n'arrive plus à dormir, j'allume la télévision... Puis je me rendors
Je peux marcher sans aide (mais entourée de préférence), je reçois des fleurs (quelle belle surprise de la part de cybercopines !!) pendant la visite de ma soeur , puis c'est le tour de mes parents, Le Prince ne vient pas ce jour là, ceci a décidé d'un commun accord. Je fais connaissance avec Sex and the City, je découvre la chaîne VOYAGES, je brode, je lis, je brode...

samedi 2 avril

Je marche seule !! de manière "très élégante" dans les couloirs de la clinique... en balladant mes 3 redons (3 petites bouteilles qui se remplissent du sang que je perds un peu, elles sortent de mon ventre par des drains... Ma jeune belle soeur vient me voir avec son fiancé...

Le Prince va manger chez sa maman avec les enfants et les lui laisse pour travailler un peu à la maison tout l'après-midi...

dimanche 3 avril

Le jour des enfants. Curiausement, ils ne me manquaient pas, même si j'étais contente de les revoir, mais c'est vrai que je n'étais pas dans mon meilleur état pour apprécier leur présence avant, et le silence de la clinique permet de bien se reposer. Nous recevons également la visite du parrain de notre dernière, avec femme et enfants (4 aussi) nous laissons les enfants devant Disney Channel dans la chambre et nous filons dans la partie salon au bout du couloir. Nous passons un agréable moment...

lundi 4 avril
Le grand jour !! On m'enlève le pansement, les redons (brrr quelle drôle d'impression, courte heureusement, que ces drains qui filent sous la peau vers la sortie !!). Je peux enfin prendre une vraie douche, me laver les cheveux, et me promener sans rien qui "pendouille". Je prend ma "belle" gaine (j'avais demandé "imprimé nounours" mais il n'y avait pas). Je découvre donc un vrai beau ventre tout tendu et tout lisse !! Extraordinaire, aucun regret ! J'ai seulement 2 bleus sur les côtés.

pour la douleur j'ai donc reçu de la morphine à mon réveil (20mg) puis j'ai préféré prendre du paracétamol et finalement assez peu souvent. J'avais du paracétamol codéïné très efficace, j'en ai pris jusqu'à lundi matin... puis plus rien du tout. Je peux dire que je n'ai presque pas eu mal, et de toutes façons je ne suis pas restée avec la douleur...

mardi 5 avril

Le grand jour bis, celui de ma sortie en matinée... qu'on est bien chez soi

J'ai pu bénéficier d'une aide ménagère qui commence ce jour là. Elle vient 3 heures par semaines faire ce que je n'ai pas le droit de faire, et ce pendant 2 mois... La CAF prend en charge une partie des frais, et nous pourront déduire la moitié de la somme versée des impôts.... C'est la première fois que j'ai le droit à quelque chose et encore, en 2004, ma mutuelle aurait pu prendre tout en charge, mais les contrats ont été revus...

mercredi 6 avril
l'infirmier (pansement + piqûre d'anticoagulant) est passé à 13h30... j'étais en pyjama tout ce temps là, parce que je prends une douche au dernier moment pour ne pas conserver des pansements mouillés...

Les filles sont chez Maman pour la journée, et la veille nous n'avons récupéré les grands qu'après l'école et la petite dernière à 18h... je reprends donc doucement.

les jours suivants
l'infirmière ou l'infirmier passe à la maison tous les matins pour refaire le pansement, les piqûres d'anticoagulant... J'enlève ma gaine pour prendre ma douche, puis je m'allonge sur mon lit "sans" en attendant l'infirmière. Dans la journée, je me repose. Le Prince fait les courses, emmène les enfants à l'école... Le dimanche 10 avril je prends la mesure de mon tour de taille et je constate déjà une perte de 4 cm !! quel bonheur !! Mais je ne peux pas encore me mettre dans mes pantalons, je ne suis pas très à l'aise au niveau du ventre, je porte donc un pantalon de jogging ample qui ne serre pas.

jeudi 14 avril

Rendez-vous chez ma chirurgienne, tout va bien, je n'ai plus de pansements, juste des stéristrips. Une amie me conseille de sécher la cicatrice au sèche cheveux doux après la douche.Donc verdict : pas de poids donné car la graisse ça pèse pas lourd (ah bon ??? mais alors on perd quoi quand on perd du poids ???) mais 11cm de peau retirée au niveau du nombril, ça forme un triangle (parfois je m'amuse à réfléchir comment elle a procédé... puis je pense vite à autre chose, brrrr, je pense à mon petit nombril qu'elle a dû poser sur un plateau avant de me le recoudre à la bonne place...) donc 11cm de peau retirée au niveau du nombril. Je prends un nouveau RDV pour dans 2 mois... et je vais encore perdre des centimètre (80% de l'oedème disparait au bout d'un mois...)

Vendredi 29 avril
J'enlève tous les stéristrips et voici ce que cela donne pour le moment (ne vous laissez pas impressionner par les tâches blanches sur la peau, c'est mon vitiligo...) de face, de profil.

 

 

fin avril je dois enlever ma gaine la nuit, puis en 3 jours je m'en passe pour la journée, on m'avait prédit une plus longue adaptation "sans" gaine...
dès la mi-mai je me sens beaucoup plus à l'aise dans mon corps, je n'ai pas encore le droit de faire du sport, mais je peux vivre tout à fait normalement...
Jeudi 9 juin, nouveau rendez-vous... Tout va bien, ma chirurgienne m'explique, au sujet de la cicatrice, qu'elle voit plus de patientes satisfaites avec 2 cicatrices (verticale+horizontale) comme moi, qu'avec une seule horizontale. Cela permet d'une part de retirer toute la peau vraiment "moche" et de bien tendre le ventre, d'avoir des cicatrices bien lisses. Je peux donc faire du sport dans la limite de ce que je supporte, en y allant progressivement. Je suis vraiment heureuse de ce ventre retrouvé, il ne me reste plus qu'à perdre du poids pour assortir ma silhouette à mon ventre !
1 an plus tard... c'est toujours un vrai bonheur ce ventre neuf, je le remuscle petit à petit, la cicatrice s'estompe. voici de face
2 ans plus tard : de face